S'il y a bien un cadeau que je ne m'attendais pas à recevoir à Noël, c'est bien celui-là. Pensez donc, un bon pour une initiation au pilotage d'avion ! Ce cadeau insolite m'avait été offert par un couple d'amis que j'avais pas mal aidé, lorsqu'ils avaient fait des travaux dans leur maison. N'ayant jamais eu l'occasion de piloter, vous vous doutez bien que je me suis empressés d'appeler l'aéroclub pour réserver une date ! Et c'est ainsi que, samedi dernier, je suis allé à Nantes pour y faire mes premiers pas de pilote. Mes amis, bien sûr, étaient du voyage. Nous avons été accueilllis par Lucas, un pilote professionnel, qui nous a fait un brief sur le fonctionnement de l'appareil. Puis nous sommes montés à bord et j'ai pris place aux commandes. L'appareil était un quatre places, ce qui fait que mes amis, qui pensaient devoir rester sur le tarmac, ont pu m'accompagner en tant que passagers. Et ils n'ont pas tardé à le regretter. En effet, j'étais sûr que mon instructeur allait prendre en charge le décollage et l'atterrissage, deux phases particulièrement critiques. Mais Lucas a finalement décidé que je pouvais m'en sortir seul, et qu'il se contenterait de me guider par la voix ! Je vous laisse imaginer la tête de mes amis à ce moment ! Il est dommage que je n'aie pas eu d'appareil sous la main en cet instant, car leur expression valait son pesant d'or ! En fait, c'était loin d'être aussi dangereux que ça peut le sembler : l'avion était un appareil d'auto-école, et toutes les commandes étaient donc doublées. Lucas pouvait donc reprendre la main à tout moment si un problème quelconque se présentait. Mais il n'y a pas eu de problème. J'ai été surpris de découvrir à quel point faire décoller un avion peut être facile. Il suffit d'atteindre la bonne vitesse, de tirer doucement sur le manche, et pouf, on s'envole. Je dirais même que piloter un avion est plus facile que de conduire une voiture : il n'y a après tout ni obstacle ni circulation, dans le ciel : pas de feu rouge, de rond-point, ni d'appareils qui vous font des queues-de-poisson ! C'est peut-être pour ça qu'on peut passer son brevet de pilote avant même d'être assez âgé pour passer le permis de conduire ! Le seul moment un peu délicat, finalement, a été au moment de l'atterrissage. Là, le stress est revenu d'un coup, et j'avais les mains tellement moites que j'avais l'impression d'être une plaquette de beurre en plein soleil. Mais même ce moment-là, Lucas s'est contenté de m'indiquer quoi faire, imperturbable (mais les mains tout de même posées sur le manche, prêt à agir). J'ai bien apprécié cette petite initiation au pilotage d'avion, et mes amis aussi. Ils m'ont beaucoup parlé de la beauté du paysage, des vues aériennes à Nantes. Pour ma part, je serais bien incapable de me souvenir à quoi ressemblait le paysage. J'étais totalement focalisé sur le pilotage de l'appareil que je n'ai pas jeté un seul coup d'oeil au paysage de tout le vol ! En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste réputé d'initiation au pilotage en avion à Nantes.