Le Cassandre

05 janvier 2018

Allemagne: Le marché, le consommateur... et le politique

L'aisance avec laquelle nos élites politiques gaspillent les finances du contribuable pour subventionner des entreprises dépassées me sidère depuis longtemps. D'autant plus longtemps que ce gaspillage dure depuis des décennies, et que des gouvernements des bords ont contribué à engraisser ces industries malades, à en faire des assistanés. Un colloque à Bonn en Allemagne le mois dernier m'a montré une nouvelle fois combien cette position des élites était répréhensible. Force est de constater, en effet, que les tentatives des politiques de choisir eux-mêmes les prochains secteurs phares ont bien trop souvent mené au naufrage : en quoi nos dirigeants seraient-ils mieux préposés pour réaliser ce choix que des milliards de consommateurs ? Les primes aux industries sont, à mes yeux, une forme de vanité de la part de nos élites : elles diagnostiquent elles-mêmes ce à quoi ressemblera le futur sans prendre en compte l'avis du marché. Selon vous, quelle aurait été la probabilité que les autorités remarquent le fondateur d'Apple ou celui de Facebook avant l'heure ? Qui les aurait reconnus comme étant de futurs grands pontes des nouvelles technologies ? Nos élites ne sont, disons-le sans détour, vraiment pas les plus aguerries pour repérer les industries à venir. Mais si tel est le cas, cela ne signifie pas qu'elles soient stériles pour autant. Elles n'ont pas à attendre que le progrès, la technologie, l'innovation, ou même la croissance tombent du ciel : elles sont effectivement parfaites quand il s'agit de combiner les conditions optimales à l'apparition de croissance : l'innovation, la recherche, l'entreprenariat, le libre marché... De manière pratique, ces conditions comportent, parmi mille autres exemples, une protection des brevets efficace, une inébranlable législation (en cas de faillites) et également le gage du libre marché. Notre gouvernement a donc un rôle déterminant à jouer dans la création de la croissance: créer les facteurs environnementaux qui soutiennent le challenge et la nouveauté. C'est se duper soi-même que de concevoir que le gouvernement peut susciter de la richesse en claquant des doigts. Voilà la conclusion à laquelle aboutissait ce colloque. Retrouvez toutes les infos sur ce séminaire en Allemagne en suivant le lien.

Posté par jbouchard à 10:42 - Permalien [#]
Tags : , ,

02 janvier 2018

Le zonage en aires urbaines : éléments de définition Tenant

compte de l’influence croissante des villes sur l’ensemble de l’espace territorial français, aussi bien en matière d’habitat que d’emploi, l’Insee procède depuis 2010 à un nouveau zonage du territoire en aires urbaines (ZAU). Son objectif est d’apprécier l’influence des villes au-delà de leurs limites physiques, définies par la densité du bâti. Ce découpage se fonde sur l’identification d’unités urbaines (pôles), puis sur la délimitation de leurs aires d’influence (couronnes) en s’appuyant sur les trajets domicile-travail de la population des communes avoisinantes. Les pôles urbains correspondent ainsi à des unités urbaines de plus de 1 500 emplois. Une distinction est établie entre les grands pôles (plus de 10 000 emplois), les moyens pôles (de 5 000 à 10 000 emplois) et les petits pôles (de 1 500 à 5 000 emplois). Les couronnes des pôles, quelle que soit la taille du pôle concerné, sont ensuite délimitées par l’ensemble des communes avoisinantes dont au moins 40 % des actifs résidents travaillent dans le pôle ou dans les communes attirées par celui-ci. Les communes attirées par plusieurs pôles (c.-à-d. dont au moins 40 % des actifs résidents travaillent dans plusieurs pôles avoisinants, sans atteindre ce seuil avec un seul d’entre eux) sont dites communes multipolarisées. Enfin, les communes restantes sont dites communes isolées hors influence des pôles. Le ZAU n’établit ainsi plus de distinction en tant que telle entre espace urbain (défini auparavant comme toute commune ou ensemble de communes de plus de 2 000 habitants, présentant une zone de bâti continu sans interruption de plus de 200 mètres) et espace rural (défini comme toute commune non urbaine). Ce découpage permet de rendre compte des interactions entre villes et campagnes, en dégageant trois grands ensembles : les grands pôles urbains (en intégralité en zone urbaine, par définition), l’espace périurbain (regroupant couronnes et communes multipolarisées des grandes aires urbaines, en majorité en zone urbaine mais dont une partie est rurale) et les autres aires urbaines et rurales (regroupant moyens et petits pôles urbains, par définition en zone urbaine, mais également leurs couronnes, communes multipolarisées et communes isolées dont la quasi-intégralité est en zone rurale). Ainsi, même rurale, 95 % de la population française vit aujourd’hui sous l’influence des villes et seule 5 % hors influence stricte de celles-ci.

Posté par jbouchard à 12:32 - Permalien [#]
27 novembre 2017

Des entreprises d'un genre nouveau

Les acteurs en pointe dans le numérique sont regroupés sous le sigle GAFA, pour Google, Amazon, Facebook et Apple. Tous ont leur siège dans la Silicon Valley, haut lieu étatsunien des industries de pointe utilisant des composants électroniques fabriqués avec du silicium. Ces entreprises entretiennent par ailleurs des liens étroits avec les étoiles montantes du secteur, à l’image de Google qui est actionnaire de Uber depuis 2013. La puissance technologique et financière du GAFA est telle qu’il domine de nombreux domaines économiques, au point d’inquiéter les leaders de l’industrie européenne sentant leurs intérêts menacés. Afin de rester dans la course, la France a ainsi engagé dès 2013 un plan de développement du numérique dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. Uber est dans tous les esprits, tant l’actualité lui fait écho. Il est le symbole de ces entreprises d’un genre nouveau, qui s’emparent des marchés à la barbe des opérateurs historiques par l’efficacité des services qu’elles proposent : les fameuses plateformes de réservation en ligne. En se glissant entre l’usager et les producteurs du bien ou du service, sans agence physique et avec peu de salariés, ces plateformes permettent aussi bien de connaître les besoins de la clientèle que d’imposer les tarifs aux producteurs, le tout en prélevant une commission pour l’intermédiation effectuée. Deux modèles économiques distincts ont vu le jour. Le premier met en concurrence des professionnels avec des particuliers qui proposent aux usagers d’utiliser des biens dont ils sont propriétaires, moyennant une participation aux frais d’usage ou le coût d’une location. Le monde des taxis a ainsi vu d’un mauvais œil l’apparition de chauffeurs occasionnels travaillant à la course. De leur côté, les professionnels du transport de voyageurs, et notamment la SNCF, sont concurrencés par l’offre de covoiturage proposée par la plateforme BlaBlacar. Les professionnels du tourisme souffrent, eux aussi, de ces nombreux particuliers louant leur logement le temps d’un séjour, via la plateforme Airbnb. Le second modèle repose sur une nouvelle division du travail entre professionnels. L’industrie du disque a ainsi été l’une des premières impactées par l’arrivée de la plateforme iTunes de Apple. De même, les hôteliers ont été bousculés par l’arrivée de Booking.com, qui enregistre les réservations directement à leur place. Demain, des domaines comme celui de la formation pourraient très bien être les prochains concernés. Le développement des MOOC, ces cours accessibles en ligne, pourrait constituer le fonds de commerce de nouveaux intermédiaires de l’éducation qui panacheront les cours de différentes universités pour proposer des cursus complets, adaptés aux besoins du marché du travail et aux profils des étudiants, avec certificat d’assimilation à la clef.

Posté par jbouchard à 11:04 - Permalien [#]
07 novembre 2017

Les chiens et l'hôtel

L'éducation canine de Rottweiler veut commencer tôt, car les chiots de Rottweiler montreront leurs capacités naturelles dès leur plus jeune âge. ce sont les capacités que nous devons gérer, remplir et parfois augmenter. Donc, même si vous décidez sur votre chiot, vous serez capable de voir les variations de la plupart des frères et sœurs, même à cet âge, ces variations sont liées aux instincts individuels du chien, ce qui pourrait le rendre unique parmi ses frères et sœurs. chaque chien a les mêmes souhaits de chien, mais ils viennent catégorisés en fonction de la race. Même si vous obtenez un Rottweiler vous devez compter sur une forme positive d'individu et de tempérament et être organisé pour commencer l'éducation de chien Rottweiler dès que vous prenez votre chien domestique. Le Rottweiler est principalement apprécié pour ses talents de jogging et comme animaux de compagnie. Leur tempérament et leur intelligence en font un parfait désir "emplois" qui comprend - œuvres d'art, schutzhund, police d'art, comme des chiens de traitement, suivi, charrette, obéissance, l'élevage, le travail militaire et tous les styles de responsabilités de protection. Un Rottweiler bien élevé est puissant et athlétique. Ils possèdent une combinaison d'énergie, de force, d'agilité et d'endurance. Un Rottweiler sain, sain et alerte est un spectacle brillant à voir. La formation canine Rottweiler devrait être normale. récompenser l'école basée principalement est l'une des techniques les plus satisfaisantes et les plus puissantes pour enseigner votre chien domestique de Rottweiler. renforcement remarquable, collectivement avec un petit morceau d'un festin savoureux ou des centaines d'éloges, devrait être donné tout de suite tandis que le chien obéit à la commande. Encore plus d'information sur les plus beaux hôtels du monde en cliquant sur le site internet du spécialiste.

Posté par jbouchard à 14:22 - Permalien [#]
03 novembre 2017

Le fléau du harcèlement sexuel

Du show-business à la politique en passant par la mode, le sport ou la restauration, les accusations de harcèlement ou d’agressions sexuelles n’ont jamais été aussi nombreuses, précipitant le départ d’un nombre croissant d’agresseurs présumés. Voici le résumé des principaux secteurs touchés. Dans ce secteur où Harvey Weinstein était tout-puissant, les témoignages ont explosé depuis les premières révélations début octobre. Une cinquantaine de femmes – des actrices connues mais aussi beaucoup d’inconnues – ont décrit le producteur multi-oscarisé, débarqué le 8 octobre, comme un prédateur sexuel maladif, et la liste continue à s’allonger: une actrice norvégienne l’a accusé mercredi de l’avoir violée dans un hôtel de Londres en 2008. D’autres réalisateurs ou producteurs ont depuis été publiquement accusés, comme Roy Price, le patron des studios d’Amazon, qui a démissionné, ou le réalisateur James Toback. La star de la pop islandaise Björk a raconté avoir été harcelée par un « réalisateur danois », sans le nommer. Le bassiste du rockeur gothique Marilyn Manson a été renvoyé mardi soir après avoir été accusé par son ex-petite amie, Jessicka Addams, également une rockeuse, de l’avoir violée dans les années 1990. Elle a dénoncé l’industrie de la musique, affirmant que son label l’avait poussée à ne rien dire de peur que la « machine derrière Manson » ne la détruise, elle et son groupe. En 2016, bien avant l’affaire Weinstein, le président de la chaîne Fox News, Roger Ailes, avait démissionné après de multiples accusations de harcèlement sexuel, suivi par son présentateur vedette Bill O’Reilly en avril 2017. Le New York Times a révélé récemment que Bill O’Reilly avait payé 32 millions de dollars à une employée qui voulait l’attaquer en justice. Depuis l’affaire Weinstein, Leon Wieseltier, philosophe et ex-éditeur du magazine The New Republic, a lui aussi été accusé. Il s’est excusé publiquement mardi, et un projet de magazine qu’il devait lancer a été abandonné. L’éditeur de l’influent magazine d’art Artforum, Knight Landesman, a lui démissionné mercredi, après que neuf femmes eurent porté plainte contre lui au civil pour harcèlement sexuel, selon le New York Times. La mannequin américaine Cameron Russell a appelé la semaine dernière ses collègues à raconter les abus dont elles avaient été victimes sur son compte Instagram, suscitant une avalanche de réponses. Qualifié dimanche de « Weinstein de la mode » par le journal britannique The Sunday Times, le photographe de mode américain Terry Richardson, connu dans le monde entier pour ses photos provocantes, et soupçonné depuis longtemps d’exploiter sexuellement ses mannequins, s’est vu rapidement banni par de grands noms du secteur: d’abord le groupe Condé Nast, propriétaire des magazines Vogue ou Vanity Fair, puis Valentino, Bulgari et Diesel. « Toutes les personnes ayant travaillé avec Terry Richardson » devraient « rendre des comptes », pour comprendre « les raisons pour lesquelles elles ont décidé d’ignorer ses horribles agissements », a réagi le designer new-yorkais Prabal Gurung. Peu de cas connus de harcèlement dans ce monde très masculin, mais le puissant fonds d’investissement Fidelity, l’un des rares à être dirigé par une femme, a reconnu mardi avoir limogé récemment deux importants responsables de gestions d’actifs accusés de harcèlement. Le monde politique, aux Etats-Unis comme en Europe, est connu comme propice aux abus, en témoignent les scandales autour de l’ex-président Bill Clinton. Depuis lundi, une lettre dénonçant la misogynie circule dans l’Etat de l’Illinois. Sans nommer personne, elle pointe plusieurs cas de harcèlement sexuel par des hommes politiques sur leurs employées. En octobre 2016, une vidéo datant de 2005 dans laquelle Donald Trump se targuait de pouvoir harceler et « faire ce qu’il voulait » avec les femmes, avait fait scandale.

Posté par jbouchard à 16:21 - Permalien [#]

04 septembre 2017

Mortalité infantile : des progrès, mais...

En matière de réduction de la mortalité infantile dans le monde, des progrès notables ont été faits, mais il reste encore beaucoup d’enfants qui décèdent de maladies évitables et qui pourraient être sauvés. L’Asie du Sud, notamment, continue de présenter à la fois un taux de mortalité élevé des moins de cinq ans, avec 50 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2015, et un nombre élevé du total des décès : 1,8 million. Le premier jour, la première semaine et le premier mois de la vie sont les plus cruciaux pour la survie des enfants. Parmi les près de 6 millions d’enfants qui mourront avant leur cinquième anniversaire en 2015, environ 1 million décédera dès la naissance, 2 millions mourront la première semaine, et près de 2,8 millions mourront au cours des 28 premiers jours de leur vie (la période néonatale). Entre 1990 et 2015, le taux mondial de mortalité néonatale est passé de 33 décès à 19 décès pour 1 000 naissances vivantes. Comme la diminution de la mortalité néonatale a été plus lente que celle de la mortalité des enfants entre 1 et 59 mois, les décès néonatals représentent maintenant une plus grande part de la totalité des décès des moins de cinq ans. Chaque région du monde connaît une augmentation de la proportion des décès des moins de cinq ans se produisant au cours de la période néonatale. Près de trois décès néonatals sur quatre sont dus à des complications suite à une naissance prématurée (35 %), à des complications durant le travail et l’accouchement (24 %), et à la septicémie (15 %). En Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, de nombreux décès sont aussi dus à des maladies infectieuses évitables. De nombreux décès néonatals auraient pu être évités par des interventions simples, peu coûteuses et à fort impact relatives aux besoins des femmes et des nouveau-nés grâce à un suivi médical continu, en insistant sur les soins au moment de la naissance. Cependant, les analyses montrent que de nombreux nouveau-nés et leurs mères ne bénéficient pas de ces interventions clés.

Posté par jbouchard à 17:00 - Permalien [#]
15 août 2017

La forme et le fond (du verre)

Dernièrement, je me suis offert un cours d'oenologie à Rennes lors duquel j'ai pu m'apercevoir (une fois de plus) du rôle primordial que peut avoir le verre dans une dégustation. Evidemment, pas dans tous les cas. Par exemple, si vous buvez un simple vin de table et ne prêtez pas attention aux saveurs, le verre que vous utiliserez pour cela ne va pas changer grand-chose.Vous pouvez parfaitement opter pour un gobelet jetable, dans ce cas précis. Ainsi, mon épouse et moi avons employé pas mal de verres tout bêtes pour boire lorsque nous étions en camping. Pour autant, les vins de qualité se mettent tout de même en valeur avec des verres dédiés. Si vous n'avez jamais fait le test, je vous conseille de goûter le même vin dans plusieurs verres très différents. Vous pouvez me croire, vous savourerez autant de vins différents ! L'oenologue nous a d'ailleurs rapporté une histoire hilarante à ce propos. Il a failli se mettre tous les convives à dos durant une soirée oenologique qu'il avait animée : tous les goûteurs pensaient qu'il leur proposait des vins de différentes qualités alors qu'il avait seulement servi le même vin... dans des verres de formes différentes ! Et certains étaient de vrais connaisseurs ! En bref, pour savourer un bon millésime quand vous avez invité votre patron à dîner, mieux vaut choisir des verres à pied. Ce n’est pas seulement une question de convention : un bon vin s'apprécie davantage dans un bon verre. Vous pouvez voir les verres comme une chaîne hifi. Une vieille radio vous permet d’entendre la musique, comme n’importe quel verre peut contenir un vin. Mais vous n'apprécierez vraiment la musique que si vous avez de bons haut-parleurs pour la retransmettre ! Ca vaut aussi pour le vin : ce n'est que dans des verres adaptés que vous pouvez distinguer toute la complexité d'un vin. En somme, optez pour les verres à pied ! Et si les cours d'oenologie vous intriguent, je vous mets en lien le site où j'ai déniché celui que j'ai suivi: j'y ai beaucoup apprécié l'ambiance. Retrouvez toutes les infos sur ce cours d'oenologie en suivant le lien.

 

vin paris

Posté par jbouchard à 16:42 - Permalien [#]
Tags :
06 juillet 2017

Deux trous noirs vers l’avenir

Cette découverte majeure, qui a demandé près de 15 ans de travail, permet de mieux comprendre l'évolution de l'univers, mais aussi d'imaginer le futur de notre galaxie. Regarder le passé pour mieux comprendre le futur de notre galaxie, voire de notre espèce, si nous sommes encore vivants d'ici là. Des astronomes ont réussi à observer, pour la première fois, deux trous noirs supermassifs orbitant l'un autour de l'autre, révèle leur étude publiée dans The Astrophysical Journal, disponible sur arXiv.org. "Pendant très longtemps, nous avons scruté l'espace, à la recherche d'une paire de trous noirs supermassifs en orbite, conséquence de la fusion de deux galaxies, raconte Greg Taylor, l'un des astronomes à l'origine de la découverte, sur le site de l'Université de New Mexico (UNM), Mais si nous avions théoriquement prévu cet événement [considéré comme une étape naturelle dans l'évolution des galaxies], personne ne l'avait encore jamais observé". Peut-être parce que les trous noirs qui se rencontrent fusionnent très rapidement ou alors parce qu'un des deux trous noirs se fait expulser, avancent les chercheurs dans leur étude. Mais aussi parce que les trous noirs sont tellement massifs qu'ils absorbent même la lumière, et sont donc (presque) invisibles. Pour les "voir", il faut observer leur entourage et détecter l'influence qu'ils exercent sur la matière les environnant. Pour y parvenir, les astronomes ont pointé le Very Long Baseline Array (VLBA), un réseau de 10 radiotélescopes, vers la galaxie 0402+379, à environ 750 millions d'années-lumière de la Terre. Ils ont alors enregistré différentes fréquences radio émises par deux trous noirs, baptisés C1 et C2. "Le professeur Greg Taylor m'a d'abord transmis les premières données du VLBA [...], que nous avons combinées avec des données du VLBA datant de 2003, explique Karishma Bansal, chercheur à l'UNM et principal auteur de l'étude. C'est ce qui nous a permis de déterminer que les deux trous noirs orbitaient l'un autour de l'autre. Et c'est vraiment génial". Mais contrairement à ce que le dessin d'illustration ci-dessus laisse croire, les astronomes n'ont pas pu voir deux magnifiques trous noirs au centre de leur galaxie, mais plutôt ça : Ce qui est déjà exceptionnel. D'autant que ces observations leur ont aussi permis de déterminer la masse des deux monstres galactiques, qui est environ 15 milliards de fois plus élevée que celle de notre Soleil. Les deux entités sont séparées par 7,3 parsec, soit 23,8 années-lumières. Elles font le tour l'une de l'autre en environ 24 000 ans, ajoute Karishma Bansal. Ce qui veut dire que malgré des observations ultra-précises étalées sur plus de 15 ans, les astronomes n'ont pas été capables de détecter la moindre trace de courbure dans les trajectoires respectives des trous noirs. "Imaginez un escargot se déplaçant à 1 cm par seconde sur une planète orbitant autour de Proxima du Centaure -une étoile située à 4243 années-lumière de la Terre-, et bien c'est ce genre de moment angulaire [trajectoire] qu'on tente de calculer, illustre Roger W. Romani, un chercheur de l'Université de Stanford. Évidemment, l'équipe d'astronomes va continuer à observer les deux trous noirs pour affiner ses résultats. Loin d'être anecdotique, cette nouvelle étude va permettre de grandement améliorer notre compréhension des trous noirs, qui restent encore très énigmatiques, même après la découverte des ondes gravitationnelles. L'observation de ces deux trous noirs en orbite devrait notamment nous permettre de mieux comprendre d'où viennent les galaxies -et notamment la nôtre, la Voie Lactée-, où elles se dirigent et le rôle des trous noirs dans ce processus. Ce qui est particulièrement intéressant quand on sait que la galaxie d'Andromède qui possède, comme la Voie Lactée un trou noir supermassif en son centre, nous fonce dessus à 430 000 km/h. Ce que les chercheurs de l'UNM observent actuellement dans la galaxie 0402+379 pourrait bien être ce qui nous attend, quand Andromède nous percutera, d'ici quatre milliards d'années environ.

Posté par jbouchard à 16:51 - Permalien [#]
07 juin 2017

La semaine du développement durable

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a donné lundi le coup d'envoi de la "semaine du développement durable" en France, en appelant à conjuguer davantage les enjeux écologiques et de solidarité. "L'environnement, l'écologie ont parfois été caricaturés, malmenés, mais ces enjeux conditionnent tous les autres, de sorte que ce siècle sera solidaire ou ne sera pas", a déclaré Nicolas Hulot, lors de son premier discours au ministère depuis son investiture. "Que met-on derrière l'expression développement durable?", s'est interrogé le ministre, qui ambitionne de réconcilier le pouvoir politique avec les enjeux de long terme de la préservation des ressources et de l'environnement. "Nous devons changer de société pour aller vers une société qui préserve, qui protège et qui partage, c'est cela le développement durable", a-t-il dit. Il a expliqué qu'à la devise "liberté, égalité, fraternité", il aimerait ajouter: "solidarité, diversité, sobriété, humilité et dignité". La semaine du développement durable (30 mai-5 juin), dont c'est la 15e édition, met cette année l'accent sur les Objectifs de développement durable définis en 2015 par les Nations unies. Parmi ces 17 objectifs, figurent la réduction de la pauvreté et de la faim, la bonne santé et le bien-être, l'éducation, l'égalité entre les sexes, l'accès à l'eau et à l'énergie propres, à un travail décent, à l'innovation, la lutte contre le changement climatique. Ces objectifs sont une feuille de route pour que le développement "réponde aux besoins de tous", a indiqué Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable, lors d'un point de presse. Ils valent pour tous les pays et ont été fixés pour 2030. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a recensé 1.600 projets en France poursuivant un ou plusieurs de ces objectifs, et les met en avant pendant toute cette semaine. "Tous les types d'acteurs sont mobilisés, administrations, entreprises, société civile... c'est une nouvelle manière d'agir", a-t-elle souligné, en mettant en avant "la logique de partenariat".

Posté par jbouchard à 16:06 - Permalien [#]
30 mai 2017

Mexicano!

C'est étrange comme on change, avec les années. J'ai longtemps cru que les voyages de groupe étaient un sacrilège, et que je ne tomberai jamais là-dedans. Mais ces derniers temps, j'en viens à préférer voyager en groupe. Tout récemment, j'ai ainsi découvert le Mexique. Voyager en solo ou en groupe, ce sont deux choses qui n'ont rien à voir, et chacune d'entre elles a ses atouts et désavantages. Dans le voyage en solo, c'est surtout la liberté qui est attrayante. On est libre de décider de tout, et notamment de fixer un programme de visites sans qu'il faille prendre en considérations les vélléités des autres. Néanmoins, il y a également des moments de flottement. Quand on est seul dans une contrée inconnue, cerné par des gens qui parlent une langue incompréhensible, on se sent parfois un peu paumé. Mais cela permet d'apprendre à se débrouiller, et l'on en ressort plus confiant. Le voyage de groupe n'a strictement rien à voir. C'est nettement plus paisible, vu que c'est un guide qui s'occupent du parcours et de tout le reste : on n'a donc qu'à se laisser conduire. Mais je crois que le plus important, c'est l'ambiance qu'on y trouve et le sentiment d'appartenir à un groupe. C'est une expérience un peu délicate à expliquer à une personne qui ne jure que par le voyage en solo. Le fait de voyager plusieurs jours avec des personnes vous immerge dans une ambiance : c'est carrément une leçon de vie. Certes, on croise des individus qu'on n'apprécie pas, et le fait de devoir les supporter vous donne envie de les jeter par la fenêtre du bus (je me souviendrai toujours de ce couple qui n'arrêtait pas de s'engueuler). Mais on fait aussi de très belles rencontres. Les amitiés qui se nouent pendant le voyage persistent rarement au retour sur le chemin du retour, mais c'est tout à fait normal. Ce qui est important, finalement, c'est cet équilibre fragile qui domine pendant le voyage, et qui contribue pour une bonne part à rendre le voyage inoubliable. Je vous mets en lien l'agence par laquelle je suis passé pour mon voyage de groupe à Mexique, si la destination vous intéresse.Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce voyage au Mexique.

mexico

Posté par jbouchard à 15:44 - Permalien [#]
Tags : ,